Retrouver le goût des Rendez-vous avec moi-même…

anne

« Après avoir lu le livre de Monique Grande « Femmes qui se réinventent », j’ai trouvé les coordonnées de Johanna sur internet. Après entretien et vérification ensemble que le moment était propice, j’ai décidé de participer au cercle Luna Femmes.

Déjà le travail était commencé. Quelques jours plus tard, j’étais invitée à une soirée où se trouvaient une quarantaine de personnes dont une grande majorité de femmes. Célibataire depuis plusieurs années, j’avais tendance à trouver ces soirées déprimantes car peu pourvues de représentants du sexe masculin. Mais ce soir là, j’ai regardé les autres femmes différemment : des cousines, des semblables, un groupe auquel j’appartiens

Durant ces neuf rendez-vous successifs, j’ai appris beaucoup sur moi-même. D’abord, j’ai découvert mon goût pour les « rendez-vous avec moi-même », moi qui ai (non, avais) tendance à me caler sur les autres, à m’adapter aux autres, je me suis mise au moins une fois par mois en priorité. N’habitant pas Paris, le Cercle était aussi l’occasion de dormir à Paris et de m’y promener seule le lendemain, au fil des saisons.

Parlons-en des saisons : j’ai aussi redécouvert les bienfaits de la nature, ou en tout cas des rendez-vous réguliers avec elle.

Car le travail se fait aussi, et même surtout entre les rendez-vous.

J’ai découvert avec grand étonnement mon goût pour les rituels et les moments sacrés. Je continue à pratiquer certains rituels tout simples appris au cercle. Certains sont libérateurs, d’autres permettent d’entretenir une sorte « d’hygiène du féminin ».

Ces moments forts en émotions permettent d’être profondément connectée à soi et à la féminité, et donc aux autres femmes. Du coup je me sens maintenant appartenir à cette
« famille » humaine, ce qui n’était pas franchement le cas auparavant.

Je me suis reconnectée à mon cycle de femme, et cela transparaît parfois dans ma façon de m’habiller, de choisir mes vêtements, mes bijoux, mon parfum, tout ce que je m’autorisais peu auparavant.

D’ailleurs plusieurs femmes de mon entourage, ignorant mes rendez-vous mensuels, y ont été sensibles et m’ont fait des remarques sur mon écharpe, mon ensemble…

Et puis j’ai découvert quatre autres femmes, si semblables et si différentes à la fois. Combien de fois leurs témoignages m’ont émue, ont fait écho en moi. Une douce complicité s’est tissée entre nous, dans la bienveillance et la bonne humeur, largement insufflée par Johanna.

J’ai découvert, redécouvert la douceur et la force, et justement l’aspect changeant et multi facettes du féminin.

J’ai maintenant moins peur du vide, de la solitude.

Il me reste encore du chemin à parcourir : la « femme plaintive » qui se cache dans un coin de mon cœur me souffle encore maintes tristesses à l’oreille. Mais je sais maintenant que ce n’est pas irréversible et que j’ai à ma disposition plusieurs « outils », plusieurs douceurs pour lutter contre cette Plaintive. Et le plus fort de tout, le plus réconfortant, c’est que ces douceurs, c’est moi qui peux me les apporter. Je ne les attends plus des autres (plus exactement, je les attends moins des autres).

Le cercle Luna Femme ne s’est pas terminé en Mai 2010 : il continue en effet à accomplir son travail en moi, à condition que je demeure vigilante et bonne avec moi-même.

Alors je continue à me tricoter des couches de douceur pour mon grand cœur frileux, et me réjouis pour les femmes qui prochainement pourront prendre soin de leur créativité en participant au prochain Cercle de Paroles de Femmes, et qui auront, comme moi parfois,
« l’élégance de la conviction d’être légitime ».

Anne L., novembre 2010