L’accompagnement de la femme enceinte

Être en maternité, c’est à chaque fois un recommencement, un renouveau, une nouvelle aventure, un moment privilégié dans la vie d’une femme, d’un couple, d’une famille.

La future maman va « co-naître » pendant sa grossesse des moments de joie, des moments de doute, son corps va être le lieu de grandes transformations, les échanges intracellulaires vont se multiplier, le rythme cardiaque va s’accélérer, le volume du sang circulant va augmenter de 0,5 à 1 l, l’utérus va s’agrandir pour laisser place à la formation de ce petit être.

Le système hormonal va lui aussi connaître des modifications et notamment la glande thyroïde qui, comme chacun sait, gère notre comportement, l’équilibre du métabolisme du calcium, va le plus souvent doubler son poids et ne retrouver sa taille que bien après l’arrêt de l’allaitement.

Les surrénales vont elles aussi connaître une suractivité, elles seront notamment responsables de la ligne qui apparaît sur le ventre de la maman, du masque de grossesse . Le système parasympathique, quant à lui, prendra le pas sur le système orthosympathique entraînant des sensations de fatigue, de somnolence, le besoin de ralentir son rythme.

Écouter et entendre le message de la future maman à travers ses mots et ses maux.

Comment dans cette vaste aventure, nous pouvons, à l’aide de la naturopathie holistique©, apporter un soutien, une réponse, un accompagnement à celle qui porte et à celui qui est porté ?

S’alimenter c’est prendre de la vie, c’est prendre de l’énergie… !

Alimentation d’une femme enceinte

La santé de la mère et de l’enfant dépend beaucoup de la façon dont la mère va faire ses choix alimentaires. Il ne s’agit pas de se nourrir pour deux, mais de mieux se nourrir, peu à peu elle abandonnera les produits de synthèse, les excitants (thé, café, chocolat, nicotine…), les aliments raffinés… pour se tourner vers les produits biologiques et les aliments semi-complets.

La consommation de protéines est indispensable:  sous forme notamment d’œufs biologiques, de poisson , de viandes blanches et de protéines végétales, et ceci aux trois principaux repas de la journée. Nous recommandons de consommer modérément du sucre raffiné ; nombre d’excellents produits peuvent le remplacer, tels que le sirop de céréales, le sucre complet, les fruits secs réhydratés.

Nous conseillons également de diminuer la consommation de sel : et de le remplacer par du gomasio aux algues ou par des aromates. De même, la future maman devra réduire sa consommation de pommes de terre ; cet aliment contribue à durcir les organes de l’embryon. Mais elle pourra orienter ses choix vers des glucides plus digestes tels que le quinoa, l’orge, l’épeautre…

L’apport lipidique sera donné par une consommation régulière et journalière d’huiles biologiques de première pression à froid. Rappelons que les lipides entrent dans l’élaboration et le maintien de l’équilibre du système nerveux. La consommation de graines germées lui donnera un excellent apport de vitamines, de minéraux naturels. La maman veillera aussi à boire suffisamment pour éviter notamment les désagréments de la constipation et irriguer suffisamment son corps.

Elle devra aussi être vigilante quant aux associations alimentaires, préférer consommer les fruits en dehors des repas, commencer son repas par des crudités et observer une grande régularité dans le rythme de ses repas. On sait maintenant que le fœtus sera préprogrammé par l’alimentation de sa mère. Loin de faire porter toute la responsabilité sur ses épaules, il s’agit de la rendre consciente de la résonance future de ses choix présents.

Les petits tracas de la grossesse.

Le docteur anthroposophe Wilhem zur Linden nous dit que « la nature profondément personnelle de ce nouvel être qui descend vers la terre est la cause des difficultés qu’il éprouve à habiter ce corps qui, lui, vient des parents. Pour pouvoir s’incarner, « s’incorporer », il faut qu’il s’adapte, et bien souvent cela ne se fait pas sans combats. C’est la que se trouve la véritable cause des malaises de la grossesse.

Ce sont les troubles de « l’adaptation » ; on ne leur connaît pas d’autre explication satisfaisante…Sur le plan purement matériel, se produit le phénomène suivant bien connu : les albumines (protéines du sang) de l’enfant et celles des parents, qui se combinent au moment de la conception, ne s’harmonisent pas. En réalité, chacun des parents porte dans toute sa corporéité, dans toute sa substance, l’empreinte, le sceau de son individualité. »

Au-delà de ce constat, nous pouvons, par un programme naturopathique individualisé, soutenir la future maman, et nous verrons qu’en réponse au réglage alimentaire, nous avons le plus souvent une diminution de ces petits tracas.

Le bain de siège (l’eau ne doit pas dépasser le pubis) froid et court aidera les femmes qui ont des hémorroïdes. L’ablution des jambes à l’eau fraîche en fin de douche rétablira les petits troubles circulatoires des membres inférieurs.

L’eau argileuse calmera le plus souvent les brûlures d’estomac, quant aux nausées et aux vomissements du matin ils seront soulagés par une infusion de 3 à 4 tasses de plantes hépatiques par jour.

Les huiles essentielles durant la grossesse

Sur un autre plan, l’utilisation des huiles essentielles et des élixirs floraux aidera au mieux la femme enceinte et son bébé à vivre cette étape dans une meilleure harmonie.

L’huile essentielle de Lavendula Vera sera d’un grand soutien dans tous les moments de doute, de grande vulnérabilité, d’énervement excessif…

L’huile essentielle de Néroli soutiendra celles qui ont peur d’être de « mauvaises mères ».

L’huile essentielle de Ravensara Aromatica l’aidera à chasser le noir, la négativité. En appliquant régulièrement une goutte en massage sur le plexus solaire.

Elixirs floraux et femme enceinte

Nombre d’élixirs floraux peuvent répondre à l’attente de mieux-être, de compréhension, d’autant plus qu’une femme enceinte est très réceptive, c’est un véritable temple solaire et lunaire à la fois. L’élixir floral de Myosotis renforcera le lien mère-enfant, celui d’Achillée Rose la rendra moins perméable à ses propres émotions et à celles des autres, le Cognassier aidera les femmes qui assument seules leur grossesse, le Lis Martagon équilibrera et harmonisera l’énergie féminine…

Comment soulager la femme enceinte naturellement ?

Respiration, relaxation, yoga de la femme enceinte, sophrologie, haptonomie auront pour mission de créer un réel échange entre la mère, le bébé, tout ce qui pourra les aider à mieux se connaître, se comprendre, à vivre dans leur propre espace, en interrelation, pour les conduire vers un mieux-être et vers une meilleure compréhension réciproque.

« Or sacrés sont le roi, le saint, mais aussi la femme accouchée, l’enfant nouveau-né… »

Accouchement ou naissance ? … Être ou ne pas être ? … nous confie le docteur Serge BIZIEAU.

Tel est le moment délicat de cette arrivée dans le monde des humains, après 10 mois lunaires. Pendant un certain nombre d’heures, chacun va travailler, va conduire le bébé vers la lumière qui devrait être douce et tamisée, car le fœtus va passer d’un monde sombre (bleu violet) à un monde lumineux ; vers la musique des mots qui pourrait être chuchotement, car déjà, il a entendu les voix, au loin, filtrées par le liquide amniotique ; vers l’air alors qu’il vivait dans l’eau ; vers l’impulsion de vie qui le conduit dans un univers où il devra lui aussi vivre sa légende personnelle…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous allez aimer…

Psycho
être empathique
Qu’est-ce que l’empathie ?

Qu’est-ce que l’empathie ?

Comme nous le partageait, Carls Rogers, un des plus grands psychologues américains : « Être empathique, c'est voir le monde à travers les yeux de l'autre et ne pas voir notre monde se refléter dans ses yeux. » Tout savoir sur l'empathie Composante importante de la...

EnfantsHommes
relation père fils conflictuelle
La relation père fils

La relation père fils

Une relation père fils se construit dans les toutes premières années de vie. Si les conflits durant l’enfance ne sont pas réglés à l’âge adulte, il est parfois difficile de s’épanouir pleinement. D’autant plus lorsqu’on est hypersensible. Et comme le dit Jacques...