Les perturbateurs endocriniens

homme assis dans la mer polluée

Un perturbateur endocrinien (PE) est constitué par une molécule qui bouleverse notre système hormonal. Les PE se déplacent dans tout notre système endocrinien et se fixent sur un récepteur hormonal, celui-ci se trouve alors bloqué.

Il existe deux sortes de perturbateurs endocriniens : les PE naturels et les PE synthétiques. Ils sont présents dans notre alimentation, dans nos vêtements, dans l’eau que l’on boit, dans les cosmétiques et les produits de nettoyage. Nous savons actuellement, que les PE peuvent entraîner des pathologies tels le diabète, les cancers hormonaux dépendants (sein, prostate), l’autisme, l’obésité, la fibromyalgie également. Le plus alarmant, ce sont les effets délétères des PE car ils se transmettent sur plusieurs générations, A titre d’exemple, dans nos rivières les poissons changent de sexe en agissant, entre autres, sur la testostérone du fœtus mâle et en perturbant son développement.

Les périodes de la vie où l’être se trouve le plus vulnérable : la conception, la vie fœtale, et le moment de la puberté, ménopause, andropause, maladies graves.

En revanche, il existe un « effet cocktail », c’est-à-dire lorsqu’une molécule seule peut n’avoir aucun effet mais trois molécules ensemble peuvent se potentialiser les unes les autres et avoir jusqu’à 60% d’effets néfastes. Le danger réside dans l’accumulation des PE.

Aujourd’hui, la Commission Européenne ne considère que les perturbateurs endocriniens avérés qui représentent une infime partie des PE alors que les scientifiques parlent de PE avérés et suspectés, ce qui augmente le nombre des PE et entrainera des difficultés de définition et de légifération pour la Commission Européenne. Pour exemple, le bisphénol A a été retiré des fabrications en revanche les autres formes de bisphénol F et S notamment sont tout aussi dangereuses mais sont encore présentes dans les plastiques!

Ainsi, deux mondes s’affrontent : le monde économique d’une part et le monde scientifique d’autre part, l’un étant gouverné par des nécessités issues des gains et des profits escomptés, l’autre la santé publique et le respect de l’environnement.

Les cosmétiques, les parfums, les préservatifs contiennent des perturbateurs endocriniens aujourd’hui 40% des cosmétiques contiennent des PE. Selon Multigner (2007) les perturbateurs endocriniens peuvent interférer avec « la production, la sécrétion, le transport, le métabolisme, la liaison, l’action ou l’élimination des hormones naturelles ».

Listes des principaux PE

Les PE sont notamment répertoriés, entre autre, au sein des produits suivants (source Que choisir mars 17):

  • le BHA, comme conservateur dans les fragrances et les parfums,
  • le Butylparaben et Polyparaben et leurs sels encore trop présents particulièrement dans des produits pour les enfants comme la marque Dexeryl, ou la marque pour adulte Lush,
  • l’Ethylhexyl Methoxycinnamate, (contenus également dans des crèmes eau de toilette pour enfant Spiderman de Corinne de Farme, ou crème solaire Eucerin SPF 25, crèmes hydra végétale d’Yves Rocher, crème teintée Vichy,
  • la MIT ( methyliso-thiazolinone), l’Oréal dans son gel capillaire,
  • et la MCIT (methylchloro-roisothiazolinone), « efficaces contre les bactéries et les champignons, possèdent … des propriétés allergènes et provoque des allergies cutanées au niveau du visage et des mains….Une étude a révélé la neurotoxicité de cet agent conservant dangereux.  »
  • le benzophenone -1 et -3, le triclosan, (hydratant corporel pour Body Shop, vernis à ongle pour Kiko) conservateur anti-bactérien, même si le parabène a été retiré il s’agit d’être encore vigilants.
  • le BHT, même effets toxiques que le BHA! On le trouve dans les déo marque Dove et Rexona, savons petits marseillais, poursuits Yves Rocher.

Comment vous protéger

Pour vous protégez des perturbateurs endocriniens au quotidien et dans un premier temps, optez pour de solutions pratiques et rapides :

  • Consommer des produits biologiques
  • Porter des vêtements réalisés dans des matières le plus naturelles possible,
  • Eviter les produits chimiques pour faire le ménage, diminuer leur quantité, préférer les produits de base tels que le bicarbonate de soude, le savon noir, le citron, le vinaigre blanc, les noix de lavages pour vos lessives…
  • Acheter vos cosmétiques estampillés biologiques car de plus en plus nombreux sont les fabricants qui attachent une attention particulière au bio et au respect de non utilisation de PE
  • Eviter de faire réchauffer du plastique, (notamment les biberons) dans les fours à micro onde (si vous en possédez)

J’ai trouvé une application que vous pouvez installer sur votre Smartphone pour vous guider lors de vos achats de cosmétiques : « Clean-Beauty ».

Vous pouvez vous appuyer sur les conseils d’un Naturopathe qui a été formé afin de vous aider à vous désintoxiquer, expert dans le domaine de la revitalisation, car les PE sont de grands chélateurs de votre santé.

Parus dans les médias

Par ailleurs, j’ai retenu les informations suivantes parues sur les PE, dans la presse :

  • Déjà en 2011, une vidéo publiée par ARTE nous mettait en alerte sur l’action des PE sur les poissons qui se féminisent

https://www.youtube.com/watch?v=IF46GJ0qOcQ

  • Sur la Chaine, La quotidienne, éditée le 1er mars 2017, une émission, fait le point sur l’état actuel de la législation à la Cour européenne sur les perturbateurs endocriniens et si on pourrait un jour les interdire ?

https://www.youtube.com/watch?v=28qtWoMuIXw

  • Pour aller plus loin un article paru dans Libération le 27 février 2017 dont le tableau présenté dans cet article résume parfaitement l’action des PE :

https://www.google.fr/amp/www.liberation.fr/amphtml/planete/2017/02/27/perturbateurs-endocriniens-urgence-sanitaire-dans-nos-placards_1551518

Cliquer ici pour ajouter votre propre texte

Cliquer ici pour ajouter votre propre texte